L'école dans le pré

L'école dans le pré

Chambres d'hôtes écologiques à Saint-Pierreville en plein coeur de l'Ardèche

Moulin Daccord : tout dépend de votre interlocuteur

On nous l’avait dit, on nous l’avait répété : lors d’un rendez-vous pour négocier l’obtention d’un prêt dans une banque, tout dépend de l’interlocuteur. J’ajouterai même : et vice-versa.

Après une série de rendez-vous qui étaient loin de répondre à nos espérances, nous avons longuement travaillé à une nouvelle version de notre dossier.

Nouvelle version papier :  nous avons amélioré la présentation du dossier en clarifiant tel point, complétant tel autre, et en ajoutant quelques photos et illustrations. Mon cerveau fiévreux, poussé dans ses retranchements, vexé de l’accueil fait à son travail de plusieurs mois, a même trouvé le moyen de présenter un peu différemment la demande de financement afin de faire prendre à la banque moins de risque sans nous en faire prendre plus. Et en prime, en améliorant légèrement les résultats prévisionnels. Le tout sans tricher. Trop fort !

Nouvelle version des présentateurs : nous nous sommes préparés mutuellement à répondre aux questions qui nous avaient dérangées ou déstabilisées lors de nos entretiens précédents, et nous avons répété certaines parties de notre présentation. Du “co-coaching”, en quelque sorte.

C’est donc légèrement fébriles (si, un peu, quand même !) que nous nous sommes rendu à un rendez-vous avec un “chargé de clientèle professionnelle” (c’est ce qui est écrit sur la carte de visite qu’il nous a remis à la fin de l’entretien) dans une banque mutualiste (dont je tairai le nom pour ne pas faire de publicité déguisée). Est-ce notre travail sur nous même et sur notre dossier, ou bien le fait de cette personne ? Toujours est-il que cet entretien s’est bien passé, que nous avons été écoutés avec attention, que nous avons reçu un discours positif, et que cette personne nous a donné des noms de contacts pour nous aider dans notre projet et augmenter notre crédibilité auprès des banques. Ca fait plaisir !!!

Bon, ne nous emballons pas : certains points dans notre dossier restent encore un peu fragiles. Ce n’est pas encore gagné : nous n’avons pas encore l’argent sur notre compte, loin de là. Mais nous y travaillons. Encore et encore.

Comme le disait un de mes professeurs de mathématiques au lycée : “il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions”. A nous de les trouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

%d blogueurs aiment cette page :